Nerprun bourdaine

Le nerprun bourdaine est une plante envahissante qui a un effet dévastateur sur nos forêts. À l’origine, il a été introduit au Québec comme plante médicinale et ornementale. Il s’est si bien adapté au Québec qu’aujourd’hui, il peut croître dans tous les types d’environnement et il empêche la végétation naturelle, plantes et arbres, de pousser dans plusieurs endroits. On le retrouve en très grande quantité en Estrie, mais il se répend rapidement. À l’hiver 2021, le nerprun bourdaine avait été observé dans 9 régions administratives du Québec.

 

Pourquoi estil si redoutable?

Le nerprun est un bien meilleur compétiteur que les plantes indigènes à tous niveaux. Il pousse très rapidement, jusqu’à 1 m de croissance en hauteur par année. Ses feuilles sont présentes sur les branches plus longtemps que tout autre plante, ce qui favorise sa croissance et ralentit celle des autres. Il peut se reproduire par ses fruits très abondants, mais aussi par ses racines. Ses semences peuvent survivre dans le sol plusieurs années. Si on le coupe, cela favorise la croissance de nouvelles tiges. Enfin, il est capable de vivre dans les environnements les plus divers.

 

Identifier le nerprun bourdaine

Le nerprun est un arbuste, voire même un petit arbre, car il peut atteindre 9 m de hauteur. On le reconnaît à son écorce brun-rosé à gris-brun avec de petites taches linéaires blanchâtres. Il possède des feuilles ovales, vertes et luisantes. Elles sont disposées en alternance sur les branches et les nervures créent des ondulations. Le nerprun produit de petites baies qui passeront du vert, au rouge, puis au noir. Les fruits sont visibles de juillet à septembre. Il est aussi fréquent de voir des baies à différents stades de maturation ou couleur, ce qui est une caractéristique de l’arbuste.

Alt Text
Alt Text
Alt Text
Alt Text
Alt Text

Nouveau guide sur la gestion du nerprun bourdaine

Le guide se veut un outil de référence sur le nerprun bourdaine et il s’adresse principalement aux propriétaires forestiers. Toutefois, les municipalités et les organismes dédiés aux milieux naturels y puiseront des informations précieuses adaptées à leurs enjeux d’envahissement. En plus de faire part de l’identification de la plante et de sa stratégie d’envahissement, le guide propose des méthodes de lutte et émet des directives sur les pratiques sylvicoles en présence de la plante.

Guide complet sur la gestion du nerprun

Guide abrégé sur la gestion du nerprun

Media

Comment l'éliminer

En milieu résidentiel

L’élimination du nerprun est très difficile vu les aptitudes de croissance et de dispersion de cette espèce. C’est par contre envisageable sur les terrains résidentiels. Pour ce faire, il faut l’arracher en tentant de retirer un maximum de racines du même coup. La meilleure période se situe entre mai et juin; le sol est dégelé et les racines sont moins développées que tard en saison. Lorsque les tiges de nerprun augmentent en taille, il faut possiblement utiliser une pelle pour aider à l’arrachage. Puis, il faut brûler tous les résidus arrachés pour éviter la reprise de la plante, surtout les racines et les fruits.

Ensuite, comme une partie des racines demeure dans le sol, il est probable que de nouvelles tiges croissent en cours d’été ou les années suivantes. On peut alors procéder à un deuxième arrachage en fin de saison. Plus la densité de tiges de nerprun est importante au départ, plus le nombre d’arrachages nécessaire risque d’être élevé. De plus, de nouveaux plants peuvent s’installer à tout moment, car les oiseaux dispersent les graines de cet arbuste. C’est pourquoi il est important d’effectuer une petite vérification annuelle de son terrain, et ce, même si l’on croit avoir éliminé totalement le nerprun.

Pour limiter les nouvelles tiges, on peut utiliser un géotextile imperméable, celui composé de fibre n’étant pas assez robuste pour freiner la croissance du nerprun.

En milieu forestier

En forêt, l’arrachage est rarement un option à envisager en raison des grandes superficies à traiter. Il existe différentes options de contrôle, mais aucune ne permet une éradiation complète et permanente. Nous devons adapter nos pratiques pour cohabiter avec lui tout en limitant au maximum son développement et ses effets négatifs sur l’écosystème. Notons qu’une forte densité de nerprun peut causer en outre :

  • Une régénération faible ou nulle des arbres;
  • Une perte de diversité des plantes et arbustes indigènes;
  • Une perte d’habitat pour la faune;
  • Une réduction de la séquestration du carbone des forêts.

D’abord, il faut identifier le nerpun le plus rapidement possible pour agir tout aussi rapidement. Ensuite, il faut éviter de stimuler son développement en créant des apports de lumière. Enfin, il faut tenter d’en réduire la densité au maximum. La seule technique ayant une efficacité reconnue par les études scientifiques est l’utilisation d’herbicides, tel le glyphosate. Le mois de septembre est une bonne période pour l’application de cet herbicide, car les plantes indigènes débutent leur dormance, ce qui les protègera, alors que le nerprun est toujours actif. Notez néanmoins que le traitement n’a pas une efficacité absolue. Il faudra plusieurs applications pour permettre à une régénération d’arbres de s’installer et malgré cela, le nerprun demeura présent. Avant d’utiliser des herbicides en forêt ou de réaliser des travaux forestiers en présence de nerprun, nous vous conseillons de toujours communiquer avec un conseiller forestier. Pour un maximum d’efficacité, la combinaison de plusieurs techniques est souhaitable. D’ailleurs, d’autres stratégies ont été proposées ou sont en cours de validation. Pour en savoir plus sur ces stratégies, l’AFSQ rendra disponible en avril 2021 une vidéo d’information ainsi que des articles détaillés sur le sujet. Ils seront ajoutés à cette page et diffusés sur les autres médias de l’AFSQ.

Mouvement d'arrachage du nerprun

L’AFSQ encourage toute la population à arracher le nerprun présent sur les terrains résidentiels. C’est une tâche qui peut être réalisée avec un peu d’effort, mais qui pourra avoir un grand effet sur la dissémination de la plante et sur la protection de nos forêts.

Il est très important de limiter la pression des espèces envahissantes sur nos forêts. C’est pourquoi il faut éliminer le nerprun partout où il est possible de la faire, telle les zones résidentielles. Nous avons besoin de la collaboration de tous pour cette action. Sortons dehors seul, en famille, avec nos voisins et arrachons le nerprun!

Ensuite, il ne faut pas oublier de brûler tous les déchets arrachés ou les laisser s’assécher sans que les racines ne soient en contact avec le sol, car le nerprun de régénère bien à partir de racines brisées.

Alt Text
Alt Text
Abonnez-vous à notre infolettreDes nouvelles du secteur forestier, des offres exclusives et bien plus encore
X