Spongieuse européenne

Nom latin : Lymantria dispar

Description
La spongieuse est un défoliateur, c’est-à-dire qu’à son stade larvaire, elle mange les feuilles pour croître et se développer. La spongieuse est assez vorace. Une seule larve peut consommer jusqu’à un mètre carré de feuille. Comme un secteur peut compter des milliers de larves en période épidémique, les arbres peuvent perdre la totalité de leurs feuilles.

Hôtes
Les spongieuses préfèrent les chênes, les peupliers, les bouleaux blanc et gris, et les tilleuls. Elles ont toutefois été observées sur environ 500 espèces d’arbres, incluant les érables ainsi que plusieurs conifères.

Dommages et symptômes
Un arbre en bonne santé a peu de risque de mourir, et ce, même s’il est défolié à 100 %. Par contre, les risques augmentent si la défoliation survient plusieurs années consécutives ou si l’arbre est affaibli ou stressé. Par exemple, une forte sécheresse peut être un facteur aggravant. De plus, les conifères sont plus sensibles; une année de perte de feuilles suffit à faire mourir de nombreux individus.

Cycle des populations
La spongieuse est un insecte qui a un court historique au Québec. Elle est présente officiellement depuis 1959. Jusqu’à présent, nous observons des infestations ponctuelles et localisées à plus ou moins 200 km2. En 1977, il y eut une épidémie très importante affectant plus de 5 000 km2. L’avenir nous dira si une telle épidémie se reproduira. Ce qui favorise une épidémie est une abondance de chênes, des arbres stressés (sécheresse, maladies, etc.), un hiver doux, un gros couvert de neige ainsi qu’un printemps et un été chauds et secs.

Prévention ou lutte
Les arbres ont en général peu à craindre face à la spongieuse. Les feuillus, qui sont les hôtes préférés de la spongieuse, doivent être défolié plus d’une année consécutive avant de mourir, et ce, à condition d’être en santé. La spongieuse est donc un assainisseur, c’est-à-dire qu’il élimine les arbres faibles sans avoir un effet à long terme sur les arbres sains.

On peut toutefois limiter la vulnérabilité d’une forêt à une éventuelle épidémie de spongieuse par diverses mesures. De façon générale, il faut maintenir les arbres dans le meilleur état
de santé possible. Pour ce faire, il faut :

  • Aménager régulièrement le boisé pour que les arbres aient une bonne croissance;
  • Maintenir les arbres les plus sains et récolter les arbres affaiblis ou moribonds;
  • Éviter de blesser les arbres et de compacter les sols;
  • Maintenir une bonne diversité d’espèces en forêt;
  • Réduire les stress imposés aux arbres défoliés. Par exemple, il est suggéré de ne pas entailler les érables au cours de l’année suivant une infestation de spongieuse.
Alt Text
CONCOURS

Courez la chance de gagner un abonnement de deux ans au magazine Progrès Forestier en nous donnant votre opinion sur notre nouvelle édition de l'automne.

X